Soumettre un lien vidéo





      Envoyer un message




        Signaler un bug




          Signaler un lien mort




          >> <<
          Changer de lecteur
          Source
          Signaler un lien mort
          Zap #263 (Full version)
          2H12
          56 073 vues
          1 commentaire.
          01.12.2020
          UK
          George Orwell - Aldous Huxley 1984 ou Le meilleur des mondes 1984 or Brave new world
          Avant l’ère de la surveillance généralisée, des fake news ou des bébés sur mesure, deux romans d’anticipation du XXe siècle ont alerté sur les dérives des sociétés démocratiques : Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley et 1984 de George Orwell, parus respectivement en 1932 et 1949. Écrits par deux Anglais, qui se croisent en 1917 au chic collège d’Eton − le premier, professeur dandy, y enseignait le français au second, Eric Blair de son vrai nom, boursier égaré dans l’institution −, ces livres mettent en scène des dystopies également cauchemardesques mais foncièrement divergentes. Quand Le meilleur des mondes annonce une aliénation consentie au travers d’une civilisation hédoniste, consumériste et eugéniste dans une Londres futuriste, 1984 dénonce la surveillance systématisée d’un régime totalitaire, sous l’œil terrifiant − et faussement rassurant − de "Big Brother". Si George Orwell a lu avec passion le roman de son aîné, l’ancien combattant du POUM (Parti ouvrier d’unification marxiste) en Catalogne pendant la guerre d’Espagne a été marqué par la violence et la propagande des fascismes en Europe comme du stalinisme en URSS. Issu d’une famille nantie de scientifiques et frère d’un biologiste eugéniste, Huxley, à son tour, jugera le livre d’Orwell "profondément important", mais ne partagera pas sa vision de l’avenir, qui ne peut, selon lui, se réduire à "une botte dans un visage". L'un redoute une dictature scientiste qui, en s’appuyant sur les biotechnologies, asservirait des individus programmés, quand l’autre imagine un État bureaucratique et répressif qui confisquerait la liberté de penser et la mémoire.
          Prior to the era of generalized surveillance, fake news or tailor made babies, two anticipatory novels of the twentieth century warned about the excesses of democratic societies : Brave New World by Aldous Huxley and 1984 by George Orwell, published respectively in 1932 and 1949. Written by two Englishmen, who met in 1917 at the chic college of Eton - the first, a dandy professor, taught French to the second, Eric Blair of his real name, a scholarship holder lost in the institution - , these books stage dystopias that are also nightmarish but fundamentally divergent. When Brave New World announces an alienation granted through a hedonistic, consumerist and eugenic civilization in a futuristic London, 1984 denounces the systematized surveillance of a totalitarian regime, under the terrifying - and deceptively reassuring - eye of "Big Brother ". If George Orwell read with passion the novel of his elder brother, the veteran of the POUM (Workers' Party of Marxist Unification) in Catalonia during the Spanish Civil War was marked by the violence and propaganda of fascism in Europe as well as of Stalinism in the USSR. Coming from a wealthy family of scientists and brother of a eugenic biologist, Huxley, in turn, will judge Orwell's book "deeply important", but will not share his vision of the future, which he says cannot , be reduced to "a boot in a face". One fears a scientist dictatorship which, by relying on biotechnology, would enslave programmed individuals, while the other imagines a bureaucratic and repressive state which would confiscate freedom of thought and memory.
          Plus
          + 40
          Moins

          Les images

          Un commentaire sur « Zap #263 (Full version) »

          1. Bonjour,
            est ce qu’en faisant un don de 5€ le mot de passe nous est envoyé ?
            Merci

          Laisser un commentaire

          Abonne-toi à la newsletter
          Subscribe to the newsletter